Santé

[attention]Si vous êtes en préparation de voyage,  consulter un médecin est indispensable![/attention]

Partir et revenir en bonne santé! C’est ce que l’on souhaite le plus! Pour éviter tout problème, il est préférable de se faire vacciner contre certaines maladies et de connaitre les comportements à adopter face aux pires ennemis du voyageur… les moustiques!

VACCINS

Pour éviter tout problème j’ai consulté un spécialiste avec qui il est facile de déterminer quels vaccins sont indispensables ou pertinents! Vu la quantité, il est préférable de s’y prendre 2 ou 3 mois avant le départ pour étaler les injections dans le temps. Voila une liste de ceux que j’ai décidé de faire avant d’entreprendre ce voyage:

Pour limiter les frais de consultation, il est possible de se faire vacciner dans un service spécialisé (Ex: Services aux voyageurs de l’Hôpital St André – Bordeaux). Tarifs des injections par personne donnés de manière indicative.

Le R.O.R est en fait un simple rappel qui permet d’être en sécurité face à ce type de maladies apparemment en recrudescence dans certains pays.
Certains voyageurs ne trouvent pas utile de faire le vaccin contre la rage, pour limiter les risques lors des « treks » ou dans les lieux à risques ou nous pourrions nous rendre (Décharge,…) j’ai préféré me faire vacciner. Mais attention en cas de morsure ou de griffure, le vaccin ralenti la progression de la maladie et facilite la guérison, mais il est absolument nécessaire de suivre un traitement pour être hors de danger.

____________________________________________________________________________________________________

TROUSSE DE SECOURS

Contenu de ma trousse de secours:

____________________________________________________________________________________________________

MOUSTIQUES & PALUDISME

La Tente "Nemesi" de Ferrino comporte une moustiquaire utilisable seule.  Contre le Paludisme, il n’y a pas de solution miracle et à ce jour, je n’ai pas entendu parlé de traitement préventif véritablement efficace… La meilleure protection reste d’être TRÈS vigilant quant au risque de piqure en utilisant tous les moyens possibles:

1/Acheter des médicaments antipaludiques (Des cachet RIAMET en Asie) en arrivant dans le pays (Pourquoi sur place et non avant de partir? Car on ne trouve pas les mêmes en France, et que les leurs sont bien plus efficaces à ce jour!)
2/Éviter les zones humides, ou à forte concentration de moustiques
3/Porter des vêtements amples, à manches longues dans les zones à risques,
4/Imprégner ses vêtements de répulsif (préférer l’imprégnation par trempage plutôt que par pulvérisation, c’est plus efficace),
5/Utiliser des crèmes répulsives pour les parties du corps non protégées,
6/Dormir sous une moustiquaire imprégnée de répulsif, ou dans une pièce climatisée (Les moustiques ont horreur du froid, mais cette solution n’est pas très écologique…).

Et en cas de piqûre? C’est simple, il faut prendre sa température et en cas de fièvre il faut impérativement prendre des cachets antipaludique, et se rendre chez un médecin. Jusqu’à ce qu’une prise de sang prouve le contraire, il faut rester PERSUADÉ que vous avez contracté le paludisme pour éviter toute erreur de diagnostique!

Il faut signaler tous symptômes inhabituels à son médecin durant les 6 mois qui suivent le retour d’une zone à risque, et se comporter de la même façon, rester sûr que c’est le paludisme jusqu’à preuve du contraire.

____________________________________________________________________________________________________

MAL AIGU DES MONTAGNES

http://blog.photos-libres.fr/

Il est intéressant de connaître ce mal pour s’y préparer, ou savoir comment réagir le cas échéant. Il s’agit d’un état que l’on peut rencontrer lorsque l’on se trouve en haute altitude, lors d’un trek en montagne par exemple (au delà de 3500m). Le manque d’oxygène peut occasionner de légers maux de tête, de la fatigue ou causer un essoufflement rapidement, mais en cas de persistance ou d’aggravation des symptômes il peut être nécessaire de redescendre, ou de stopper l’ascension durant une journée. Un barème à été établi pour connaitre l’attitude à adopter:

Ref: Santé & Altitude 5ème édition 2001 ARPE 60pp www.arpealtitude.org
Ref: Santé & Altitude 5ème édition 2001 ARPE 60pp www.arpealtitude.org

 

2 commentaires

  1. mars 10
    Répondre

    Tu oublies de dire qu’une fois le palu attrapé, c’est pour la vie!
    Mais par contre, tu oublies aussi de dire que les antipaludéens ne doivent pas se prendre plus longtemps qu’une certaine durée (qui dépend de l’antipaludéen) car il perd de son efficacité avec le temps. Tu oublies de dire aussi que chaque antipaludéen ne fonctionne qu’en une zone à une époque donnée et qu’ils ne sont pas compatibles (une cure est à prévoir entre chaque changement d’antipaludéen). Ainsi, pour les voyageurs aux longs cours qui traversent plusieurs zones, il est impensable d’en prendre…

    Concernant les vaccins : je me permets de donner mon point de vue :il faut faire attention à la survaccination. Je ne suis pas certain que l’assistanat systématique soit bon ni pour les défenses immunitaires des êtres humains, ni pour les êtres humains d’une société d’ailleurs.
    La vaccination de masse influe sur la résistance de la race humaine entière, pas uniquement des êtres vaccinés (effet de masse critique)…
    Je ne dis pas en revanche qu’il ne faut se faire vacciner contre rien. Ce n’est d’ailleurs pas ce que j’ai fait même si je regrette de m’être fait vacciner conte la fièvre jaune maintenant que je sais qu’il n’est pas impossible de faire un faux certif internationnal…

    • mars 10
      Répondre

      Tu oublies de dire qu’une fois le palu attrapé, c’est pour la vie!

      Pas tout à fait, ça dépend du type de paludisme!

      Merci pour tes précisions sur l’utilisation des Antipaludéens! Mais de toute façon si la situation se présente, voir un docteur est absolument nécessaire. Il sera à même de nous donner toutes les info nécessaires…

      Pour ce qui est des vaccins, je suis entièrement d’accord avec toi. Mais je ne peux pas me permettre de ne pas conseiller une vaccination préventive… Chacun est libre de le faire, ou non. Je suis pourtant plus que réticent à l’injection de ce type de produits et les médecins que j’ai vu étaient trop peu expansifs sur le sujet… Mon éducation sécuritaire m’a poussée à me faire vacciner faute d’alternative aussi « sur ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *