Trek « d’échauffement »

Un trek dans les Cévennes 

( Plus de photos et vidéos? Rendez-vous dans la médiathèque!

Durant mes préparatifs j’ai consacré pas mal de temps à la recherche de coéquipiers pour le voyage. C’est grâce au site « voyageforum » que j’ai rencontré Nathanaël et Philippe. Deux personnes avec qui je prépare mon voyage et avec qui je vais faire un bout de chemin. Pour mettre le matériel à l’épreuve, Philippe et moi avons décidés de réaliser un trek d’échauffement dans sa région, plus précisément dans le parc national des Cévennes!

C’est accompagné d’un ami, Terry, venu pour l’occasion, que j’ai rejoins Philippe à Valence le 06 Février dernier. Alors que l’Hiver était plutôt doux depuis son commencement, les températures ont dégringolées deux semaines avant la date prévue de notre petit « échauffement ». Malgré cela nous voila parti, après quelques courses, pour deux heures de route depuis Valence, pour rejoindre « Le Vigan » lieu de départ de notre du trek, dans les Cévennes!

Première préoccupation, où dormir par un tel froid? Notre équipement permet de dormir à des températures avoisinants  0°C mais les -10°C  annoncés nous obligent à être très prudents, d’autant que le vent « Sibérien » qui s’abat sur la France en ce début février 2012 n’arrange rien. Philippe aborde rapidement de la possibilité de dormir dans une grotte. Être à l’abri du vent est indispensable et même s’il fait -10°C dehors la température dans la grotte ne descend jamais en dessous de 0°C, à condition de s’enfoncer suffisamment profond dans celle-ci. Nous nous rendons donc à un endroit connu de Philippe pour y explorer une grotte et voir s’il est possible d’y dormir!
L’entrée de la grotte est aménagée, probablement par une personne qui a souhaité s’essayer à la culture de « Champignons de Paris »!
Après une rapide exploration, le constat est sans appel, il fait nettement plus chaud dans la grotte, même si l’air y est très humide!


Nous profiterons du temps qu’il nous reste avant le coucher du soleil pour faire un petit tour sur une colline avoisinante, au milieu de bovins de race « Aubrac ». Le soir, après quelques grillades et d’une assiette de riz (cuit façon Pilaf pour économiser l’eau!) sous le haut vent à l’entrée de la grotte, nous choisissons finalement de dormir dans la première grande cavité de celle-ci qui offre un sol plat, et une humidité réduite grâce à la proximité de la sortie qui fait office d’aération! Un choix peu judicieux car durant la nuit on bénéficie aussi bien de l’humidité émanant des profondeurs des cavités que de la fraicheur qui arrive de l’extérieur! L’humidité diminue l’isolation thermique du duvet et malgré la qualité du duvet Valandré Mirage et le sac de soie, j’ai du rester couvert pour dormir sans ressentir le froid. Dormir dans une grotte est particulier, entre le silence absolu qui y règne, l’humidité et le noir total on ressent parfois une désagréable impression d’enfermement! Mais qu’importe, entre ça ou subir le froid, il n’y a pas une seconde d’hésitation!

 

Le lendemain nous décidons de nous rendre au Cirque de Navacelles, un lieu géologique apparemment magnifique. Nous voila donc parti pour quelques heures de marche! La première étape est de descendre dans la vallée vers Bez-et-Esparron avant de nous attaquer à l’ascension du « Causse du Blandas », un plateau calcaire érodé (Karstique) dont l’altitude varie entre 600 et 900 mètres. Après une descente relativement agréable orienté plein sud, nous arrivons au pied du Causse et nous voila parti pour 2h30 de grimpette à l’ombre de celui-ci.  Arrivé en haut, nous marcherons encore 1h45 sur le plateau (où nous admirerons de nombreux cromlechs et dolmènes) avant d’arriver au Cirque de Navacelles! Le froid est saisissant, notre eau se congèle dans nos bouteilles! Nous avons chacun 3 couches de vêtements pour nous tenir chaud. Les sous vêtements thermiques de « première couche » sont très efficaces pour ce genre d’activité, mais en restant statique, nous ressentons rapidement le froid. 

À notre arrivée, le spectacle est grandiose, impressionnant! Un simple regard sur ces immenses gorges et méandres creusées par une simple rivière, la « Vis », au cours du temps vous laisse songeur quant au passé de notre planète et vous remet à votre place dans votre simple condition d’Homme. Le retour se fera au soleil couchant, et la dernière parti de nuit. Après une deuxième nuit dans la grotte, nous nous rendrons au rocher d’Esparron, moins impressionnant, mais tout aussi magnifique avant de rentrer à Montpellier pour y prendre le train retour! Vivement le départ!


Ce trek m’a permis de mettre à l’épreuve le matériel, voici mes impressions:

[toggle title= »Chaussures / Chaussettes »] – Les chaussures (de bases, achetées 70€ à décathlon) sont confortables et elles tiennent chaud tout en évacuant pas mal de transpiration ce qui est plutôt agréable.
– Les chaussettes de bases ne sont pas adaptées à ce genre d’activité, il faut s’équiper de bonne chaussettes pour ne pas avoir de problème tels que des ampoules ou des irritations,… Je pense m’équiper de X-socks avant de partir. 
[/toggle]
[toggle title= »Couchage »] – Le sac de couchage Valandré Mirage est très confortable et tient bien chaud. Mais en cas d’humidité et de température négative il perd de sa capacité thermique. Il est donc nécessaire de garder des vêtements longs pour dormir.
– Le sac de soie est lui très utile, bien qu’insuffisant en cas de grand froid, il permet tout de même de gagner un ou deux degrés.
– Le tapis de sol « thermarest » est quant à lui tout simplement génial, léger, peu encombrant, isolant et confortable! 
[/toggle]
[toggle title= »Vêtements »] – Les sous-vêtements thermiques première couches sont très efficace lorsque l’on est en  mouvement, ils ne tiennent pas très chaud lorsque l’on reste statique.
– La veste Haglofs est bien coupe-vent et la doublure polaire permet de gagner en chaleur.
– Un pantalon thermique en polaire est confortable et permet lui aussi de gagner en chaleur!
– Lorsqu’il fait humide, une veste type « 65% coton – 35% polyester » tient beaucoup plus chaud que les matières techniques purement synthétiques et réchauffe beaucoup plus si l’on n’est pas en activité.
– Une simple paire de gants en soie n’est vraiment pas suffisante pour de pareilles conditions, mais pour notre voyage, nous aurons majoritairement des températures plus clémentes, ce sera donc suffisant.
[/toggle]
[toggle title= »Sac à dos »] Bien qu’un peu lourd (2,7kg), mon sac (« Baltoro » de chez « Grégory ») est très confortable à porter et pratique. J’en suis très content!  [/toggle]
[toggle title= »Kit Cuisine »] Un kit de base (Gamelle / Couverts / Réchaud) acheté chez décathlon est largement suffisant pour ce type de voyage même si je suis déçu de la durée de vie de la cartouche de gaz, après 2 repas il semble qu’elle soit presque vide.  [/toggle]


Elias Écrit par :

Un commentaire

  1. avril 2
    Répondre

    Super sympa ton article.
    Il me fait encore plus regretter de n’avoir pu participer à ce premier trek.
    Elle est bien ta vidéo, dommage qu’on ne puisse la lire directement sur ton site… maudit google (youtube).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *